Louisiane altitute!

C'est Waren qui se saisit de mon pouce, a l'entree de la Louisiane. Un chauffeur routier, un autre. Parce que j'aime les collection (et je ne sais toujours pas pourquoi?). Parce que ces gens qui voyagent si longuement pourraient en dire long sur la solitude, sur un tel choix de vie. Parce qu'ils ont decide de vivre sur des pneus, et qu'une roue, quand ca roule, ca ne s'arrete pas facilement.

Alors, forcement, m'y embarquant dans ces engins, ca me parle de ma propre difficulte, parfois, a ne pas savoir m'arreter en chemin. OU bien des elans de gourmandise qui me poussent a faire des grands pas. Voir, en voir beaucoup, me gaver de paysages, sans bouger un orteil. ET au balcon, s'il vous plait!

 

Alors, Waren, comme tant d'autres, il me parle de sa vie, et reclame quelques infos sur la mienne. Mais tout cela n'est pas bien important.

Je n'y vois que la permission que l'on se donne d'un certain devoilement. Ce qui se communique au-dela des mots.

De toute facon, je ne comprends pas bien ce que les gens me racontent. Et je ne cherche pas plus que ca a comprendre. Ce n'est pas un manque d'interet, mais plutot un interet grandissant a sentir le fond des mots: habitees par quoi?

 

Et puis, les petites histoires de l'ego, de la plainte au narcissisme, ca ne fait pas avancer le schmilibiliblick!

 

Alors du coup, qu'est-ce qu'il reste? Qu'est ce qui peut bien se dire face au silence premier d'une rencontre?

 

Il me paye un sandwich, et me laisse a New Iberia, sur le bord..de la route toujours.

Un bord pas facil a cotoyer! Car ici, il semblerait que ca chauffe dans les cervelles, autant que sous les ceintures! 

Alors, heureusement que Larry m'a tire de cette situation delicate.

 

Heureusement aussi qu'il m'a laisse son numero de telephone, au cas ou, et que je l'ai garde, sans savoir pour l'heure qu'il serait la cle d'un heureux avenement!

La police me demande de quitter mon poste d'auto-stopeuse, et m'amene dans la station service la plus proche. Pas de calin cette fois-ci avec l'esprit de la justice. "La Louisiane, c'est dangereux! Et le danger, c'est serieux!! Il n'y a pas lieu de se tenir le coeur leger, et la confiance en chapeau de pouce, sur le bord de la route..a la nuit tombante!" Bon alors soit. Je vais plutot utiliser le numero magique de Larry!

 

Ca me va aussi. Pas de probleme!

De toute facon, je suis fatiguee.

 

Il arrive sous peu, et m'amene a une fete organisee autour du futur mariage de sa fille! La classe: une vieille maison typique de la bourgeoisie louisianne, un buffet royale qui va avec, dans un salon au decors a faire rever les servantes de l'epoque!

La famille est presque au complet. Ils me questionnent, et m'acceuillent parmis eux tres naturellement.

J'aurai su avant que j'allais venir pour cette occasion, j'aurai invite Nam a jouer de cet evenement, dans cette propriete ornee de luxe!

Je sors quand meme mes instruments de voyage, les distribu aux enfants, mais pas que, et ensemble, nous improvisons une seance musicale qui emerveille et reuni.

 

 

Larry me laisse dans cette ambiance alcoolisee de fin de fete, le reste de sa famille prenant le relais de mes petits soins.

 

Et puis, Mickael, le beau-frere, m'a propose de m'acheminer vers la ou je vais...

en avion!!!!!

Oui, j'ai bien compris cette fois-ci!

 

Juste dormir.

Et puis demain matin...

 

Je vous presente le lit le plus confortable qu'il m'ait ete offert de savourer pour porter mes reves nocturnes!

 

 

 

 

Ballade en ciel!

Eh bien voila!

Ce n'etait pas des paroles en l'air!

Mais bel et bien un petit avion qui nous a fait planer, Mickael, sa fille et moi.

Quelle chance!

D'une part parce que je suis chanceuse!

Et d'autre part, parce que c'est une region si marecageuse, qu'il est plus qu'appreciable de pouvoir la survoler,

pour y voir les dessins de ses eaux.

 

Je cache bien ma joie.

Je ne le fait pas expres.

Des cadeaux pareil, je sais pas trop les etreindre avec fougue!

C'est quand meme troublant d'etre si peu emue.

Peut etre parce que plus rien ne m'etonne!

Parce que s'en remettre au dessein de la Vie, c'est accueillir tout ce qui vient avec la meme sensation d'evidence.

 

Juste un peu de gerbitude.

Comme a l'arriere d'une voiture qui n'en fini plus de changer de direction!

Dans la serie "cadeaux sans volonte", Mickael me propose aussi de m'emmener en barque dans les maraicages!

 

Mais la, bien que tentee, je sens que je dois rejoindre ce soir New Orleans.

Je garde son numero de telephone.

Je sais que sa barque pourra me trimballer un jour prochain.

...Meme si je sais aussi, a force de le savoir, que je ne reviendrai pas...

 

parce que j'aime trop les boucles!

 

 

 

New Orleans!!!!!!!!

Comme c'est bon, et si facile, de voyager ainsi, de pierre posee en pierre posee, pour traverser le lit de ma riviere, tranquillement.

Tout doux, pas a pas, je saute d'un appuie sur l'autre, en toute confiance.

 

Un pere, conduisant ses deux tres belles filles, me depose a quelques pas de la grande ville! 

Alors, je me dis "zut, si pres du but!". Il va falloir que je prenne un bus. Oh ben dit alors, on s'habitue vite a la facilite, celle du stop en l'occurence!

Maissssss, comme d'habitude, la vie qui prend soin de me garder en joie, m'offre une nouvelle opportunite de faire l'eloge de sa generosite!

Car c'est un motard qui s'arrete spontanement et me propose de m'emmener sur sa becane...jusque dans la rue la plus musicalement touristique du centre!!

Oh ben dit! 

Merci beaucoup alors!

 

Et me voici debarquant en moto dans "Bourbon Street", en plein "french" quartier...et en pleine foule!

Wahouhou! La classe!

...et toujours pas plus de pep's emotionnel que ca!

Juste l'etonnement et la gratitude.

De la, eh bien la musique me prend aux trippes drolement, et de bars en bars, le feeling m'amene jusqu'a celui qui retiendra toute mon attention: celui ou joue Steamboat, le fameux jazzman trompetiste du coin. Il swing la, avec ses autres fameux, tres fameux musiciens!

Et a les entendre, mes jambes fremissent de bonheur d'etre la, 

et je danse, peu importe les regards,

je danse....

Et Steamboat, il est bien surpris et ravi de voir cela.

Alors a la fin du concert, il me prete tout simplement les cles de son appartement secondaire, pour si je veux m'y installer quelques jours!

Oh ben dit, ben ca alors!!! Merci bien, merci beaucoup.

Pour moi? Juste pour moi?

Le temps que je veux?

Gratuit?

Bon daccord.

Meme que j'y ferai la cuisine et le menage, parce que j'adore ca! 

 

 

Une fois les affaires deposee, la porte ferme derriere moi, et mon corps etendu sur ce grand lit de princesse, la, j'avoue avoir crier de joie! Parce que trop c'est trop!

Je viens de m'enfiler la plus grosse brochette de cadeaux de ce voyage!

 

Et me v'la parti pour danser jusqu'a ce que la fatigue me ramene au lit!

 

 

C'est la premiere fois que je retrouve ce mode de vie depuis le debut de ce voyage: une paire de cle, un frigo rempli, mon linge lave a la main,...et le confort d'un lit magistral!

Seul hic: les bruits du dehors! Ils me passent dessus comme des motoculteurs dans un champs de labour!

 

J'ai donc, sinon, tout le confort pour me poser quelques temps ici...et oser sortir ma voix au-dedans des oreilles des autres.

 

J'ai achete une belle robe pour l'occasion. J'ai craque...et j'ai bien fait, car cette rose robe me donne les ailes de sa mousseline,

 

aussi artificielle soit-elle!

 

 

La Vie en Rose

Eh oui eh oui!

Mesdames et Messieurs, chere famille, mes amis...j'ai le grand trac de vous annoncer ma grande premiere au micro devant un public!!!

Pour une interpretation chantee de: "La Vie en Rose"!

 

Comme les portes s'ouvrent facilement des que l'on fait les bonnes rencontres!

Et il suffit d'une seule!

 

Ce n'est pas mieux que dans mes reves.

C'est juste une realite pour moi maintenant.

 

Et comme j'aimerai pouvoir exploiter cette voix qui me chatouille la gorge depuis si longtemps.

 

Un autre groupe m'accorde de m'y essayer encore...

mais c'est seule, sur mon velo, ou a  pied, que ma voix s'ose a faire fremir mes cordes vocales!

 

Je reviendrai...

plus confiante.

 

 

Et un reve de plus dans le panier!

Je nage parfois en plein reve dans cette ambiance new orleannaise! Il est vrai que c'est un monde a part, et a part entiere, dans sur ce territoire americain! 

C'est un peu comme si ce voyage etait l'occasion de realiser tout mes reves,

parfois confondus en fantasmes!

 

Hier soir, j'etais a bord d'un vieux bateau a vapeur, avec cette grosse roue qui brasse l'eau par derriere!

C'est un peu grace a Jimmy, et a ses bonnes connaissances.

Pour cette occasion, la bonne connaissance en question, c'est Colin! Un tres bon joueur de trombonne...et tres bon danseur!

Alors, il m'invite a danser, follement, sur le pont du bateau qui siffle l'heure du depart.

Nous avons regale les mirettes des passagers a bord!

C'est cinematographique!!!

L'envoutement est si tentant!

Je m'y perd dans ces frontieres, entre reve et realite.

 

"Etre dans le jeu, sans tomber dans le je".

Voila tout l'art de la clairvoyance.

Et parce que tout pret se doit a priori d'etre rendu, Steamboat a reclame ses cles, pour accueillir en ses lieus d'autres chanceux.

 

Alors apres une semaine de tout confort dans son appartement, j'atterie dans le lieu de vie de Jimmy.

D'un tout autre genre,

dans une autre rue, 

 

une autre porte.

 

C'est alors aux antipodes du confort,

et c'est aussi tres bien.

 

Parce qu'il n'y a rien de plus confortable que la capacite d'adaptation!

 

 

 

 

 

 

Mon velo d'ici.

 

Merci Jhonney!

Musique, danse...inside and outside!

Et Nam s'accostume!

Impossible de mettre ma toge!

Dans ce contexte, mon clown reclame un tout autre accoutrement.

Alors ma rose robe est a nouveau de service, histoire de se fondre dans le decors d'un groupe de musiciens locaux (dont Jimmy, qui ne l'est pas). 

Nam s'imisce, et tente quelques partages en derision de cette manche matinale.

 

Pas facile de s'inclure dans une parfaite organisation!

Nam ne prend pas toutes ses libertes,

mais elle s'amuse.

 

C'est le principal!

 

 

 

 

Pensee,

Trois mois que je suis partie.

Entre autre pour me defaire de mes reperes.

Mais je ne suis pas si sure de ne pas en trimballer certain.

Ceux qui me sont internes.

Les reperes sont aussi parfois comme des lanternes, ou des points relais pour pouvoir se reposer.

Dans cette ville, comme partout ou je me pose un peu, j'ai vite fait d'en trouver.

Comme pour poser un cadre a une possible detente.

S'assurer d'un minimum...vital?

 

 

Welcome et bienvenu au Cabaret, d'un merveilleux Vendredi!

Nam s'est invite a participer a cette grande soiree mensuelle!

...Mais pas le cran de se saisir de la scene!

Alors, spectatrice active, elle s'est peu a peu demasquee..pour savourer tout simplement la magie de cet evenement.

 

Et puis, comme une benediction, Jesus est venu me rappeler a son pouvoir de transformation.

"Allons, courage, et foi dans tes nuages, tout ce que je fais, tu peux le faire aussi".

 

Et nul besoin de souffrir sous une couronne d'aubepine pour cela!

 

Soit, j'y viens,

meme s'il me reste des echardes de souvenirs de cette vieille croix de douleur. 

 

 

Fete religieuse?

J'ai bien tente de suivre le convoi de la fete!

 

Mais il ne faut pas se forcer.

"Quant il n'y a pas d'envie,

il n'y a pas de vie".

 

Alors, j'ai laisse glisser sur ma peau tout ces colliers projettes de droite et de gauche pour une foule en delire, les collectionnant!

Comme un concours du tour de cou le plus garni.

 

 

 

 

 

Bye! Bye!

Mercredi 27 Avril.

 

Je decide de quitter New Orleans.

 

Besoin de calme, de silence, de nature...

 

Dix jours dans cette marre musicale aura suffit a m'epuiser.

 

Partir avant que les dernieres etincelles de magie ne s'eteignent.

Partir en gardant un gout de "reviens y donc un jour"!

 

Et puis il y a un musicien qui prend la route de la Floride, alors...allons y voir cette fameuse region tant convoitee!

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    juliette (dimanche, 01 mai 2011 21:17)

    je vois que tu récoltes les cadeaux du lacher prise...
    t'es mimi comme tout dans ta robette rose...

    au dela de toutes tes aventures extérieures, ce qui me touche le plus ce sont ces pensées que tu exprimes, à chaque fois un peu plus claires, un peu plus évidentes, un peu plus unifiantes. Comme quoi l'UNIversel s'exprime en nous, quand on se met à l'écouter et qu'on dépose la montre et l'agenda.
    à bientot par ailleurs...bisousrires...

  • #2

    Estelle (lundi, 02 mai 2011 09:41)

    BRAVOOOOOOO ! là je t'applaudie de mon petit salon de Toulouse entendant ta voix fredonner "la vie en rose" et te voyant frissonner ds ta jolie robe de mousseline rose... Chouette ! c'est bon de suivre tes pas ... penses quand même à les raccourcir à l'occasion... histoire de t'attarder un peu sur le monde et son histoire... on ne connaît que ce que l'on apprivoise, pour cela il faut du temps, au moins un peu de temps à accorder.
    J'espère quand même que le monde continuera à te surprendre et que tu sauras encore et encore autant apprécier les cadeaux qui s'ajoutent dans ta hote. S'ils s'y glissent c'est peut-être juste par que tu l'as ouverte ;) alors Savoure ma belle ! bonne dégustation ! tu es Belle toute entière ! nou retrouv'

  • #3

    aline berger (lundi, 02 mai 2011 20:50)

    Tu voyages sous nos yeux imaginaires, je voyage imaginaire par tes photos et tes mots, les sensations, elles, imaginaires ne sont.
    Cette sorte d'équilibre en rien ne fige le fil de ta route, que tu sembles tenir des deux bouts, tout en étant posée dessus..., ou est-ce qu'ils tiennent tout seuls?...
    Après ce voyage rêverie qui m'émeut beaucoup, laisse-moi être simplement épatée...
    Je t'embrasse des yeux.
    alineB

  • #4

    veronique gendron (dimanche, 08 mai 2011 01:15)

    j'aime etre dans cette danse
    meme avec cette distance
    merci maelle
    tu ouvres quelque chose de particulier
    dans mon coeur
    peut etre
    biz
    vero

  • #5

    jean-marc (samedi, 28 mai 2011 16:11)

    La chance est avec toi Maëlle, et les bénédictions aussi.
    Et ta lucidité m'impressionne toujours davantage.
    heureusement que je m'aime bien, sinon je pourrai devenir jaloux de toi.
    Mille baisers t'accompagnent