Canada, me voila!

Dans le train, celui de la transition.

Je quitte les USA!!!

 

Ca m'fait tellement quelque chose que je ne sais meme plus quoi penser.

 

Le temps est passe incroyablement vite. Si vite que j'apprehende l'allure a laquelle va courrir la suite! Pourtant, je prends le temps de vivre...comme quoi, on a bo dire on a bo faire, la cuvette du sablier est la meme pour tous!

 

Comme des vagues d'impression d'etre de retour en France: le train, les paysages, et cette sensation de moi comme d'antan!

Deja peur alors que ce voyage n'ai ete qu'un brassage de saveurs ephemeres...sans lendemain je veux dire! De ceux qui nous changent a vie! Un voyage avec l'illusion que ca durera toujours. Et meme que ca pourrait!

Je ne veux pas replonger dans les vieilles eaux. J'ai tellement souri au fait que ce voyage soit a present un mode de vie, qu'il ne peut comme, plus en etre autrement!

 

Alors comme ca, j'ai pris le train! Parce que marre du stop (apres 4mois)! Parce que 15 heures de route en voiture non stop, merci mais non merci! Parce qu'envie d'une transition tranquille, reposante, confortable, qui me laisse l'entiere liberte d'ecrire, lire, penser, dormir...me taire.  Pour changer d'ambiance... Pour accoster Montreal avec plus de facilites!

Du pont par lequel le train arrive en ville, voici qu'elle nous apparait, vetue de sa robe de soiree!

 

Montreal,

la celebre!

Ca joue!

 

Et je repere de partout la ou le clown s'immisce!

Des dedans, comme du dehors! 

Chemin faisant,

me disant que parfois,

le dessin singulier d'une ville

peut suffir a la presenter! 

 

 

 

 

 

...mais voici tout de meme quelques cliches!

Ici ca parle quebequois! Francais quoi!

Enfin non, enfin c'est juste qu'en comparaison avec les 4 mois de tentative de conversation en anglais, je peux tout simplement, aisement, PARLER!

Ca fait du bien de pouvoir approfondir un propos.

Et puis en meme temps, c'est la que je remarque que sans la confrontation des mots, la paix se ressens davantage!

Et puis qu'il existe un langage, une communication, qui depasse et surpasse  l'expression "en mots", aussi savants ou savoureux soient ils! 

 

 

Me suis faite a l'accent d'ici, meme que ma voix s'en est impregnee: gobage, quant tu nous tiens!

 

Pas plus envie que ca de decouvrir cette ville, pourtant fort agreable, belle, acceuillante, vivante,...davantage appelee par les campagnes allentours...le sauvage la-bas, tout pres, au loin!

 

 

Ils meritent bien un bel encadrement, ceux qui m'ont acceuilli une semaine durant: Julia (une vieille copine du lycee), Guillaume (l'homme de terrain avec qui elle partage sa vie), et leur chienne Mioua (bien heureuse aussi d'etre la)!

 

Un cadre de vie sympathique...pour accueillir un bebe futur...Sacrement proche!

 

Elle, enceinte, moi, en pleine couvaison aussi, et en serie d'accouchements!

Peut etre y en a t'il un de plus gros encore qui m'attend?

Et puis cette histoire de baleine!!! 

 

Une bourrasque vient de passer encore...je comprends que je porte en moi les fibres de tout ce que j'observe, et qui me derange meme parfois, chez les autres!

Et comme cette comprehension ressentie m'invite a affiner, ajuster la qualite premiere de mes intentions.

Etre au plus proche de la verite: que ce soit par une confession, ou la mise a vue de la transparence!

 

Dire, avouer, entendre, ecouter, comprendre...et pardonner a toutes ces impuretes, tout ces encombrants qui rodent encore dans les parages!

 

Les situations, bien que changeant de formes, se representent (presque comme a perpetuite!), jusqu'a ce que la lumiere de la comprehension penetre en profondeur...jusqu'a s'endormir sous un drap de soie blanc.

 

Je vois la Vie en metaphore!

Et alors tout s'eclair. Tout s'allege meme.

Il n'y a plus d'espoir a entretenir, puisqu'il n'y a plus de reel probleme!

Juste des realites qui s'entraident!

 

 

 

Au revoir Nam!

Ca y est: apres le nez egare, voici le costume renvoye...en France!

Je n'en ai plus besoin.

Pas tant du nez (j'en ai plein d'autres a distribuer!), mais de l'attirail envelloppant: j'ai fini par comprendre que l'abis ne fait pas le moine! Justement.

Comme si j'avais besoin d'un vetement pour rendre hommage a tous les saints de l'histoire de l'humanite; comme si j'avais besoin de me deguiser pour m'amuser, rencontrer...et oser!

Non mais!! Non de non!

 

Aurevoir Nam.

Tu as ete magnifique dans ton role,

mais tu es deja frippee!

Le renouvelement a toujours raison de sa fraicheur!

 

Un nouveau nez peut naitre...

Le retour du Pouce!

Sur la route...ouaiaiaiaiaiaiiaias!

Bien motivee, bien reposee, il etait temps de m'y remettre!

 

Replonger dans l'inconu,

bien aime etranger!

Reprendre mon voyage de noce a tes cotes.

Grande Pile, c'est le nom d'une ville.

C'est la que je m'arrete, conseillee par le dernier "preneur" de la journee! Il m'indique un petit coin secret pour dormir: une terrasse de bois abandonnee dans la foret, et surplombant un lac.

Vue splendide! Pour sur!

 

Alors j'y depose toutes mes affaires,

 

et m'en vais me regaler d'une crepe "asperge-fromage" au resto de la marina du village, vue sur le petit port! 

Et je deguste,

 

tandis que deux enfants courrent sur les pontonts,

dans la ferme intention de pecher les cannetons,

jeunement barbotant dans l'autour de leur maman...canard bien sur! 

Et puis j'y retourne vers ce fameux lieu de dormance!

Tel une chance!

 

Sauf que, j'ai alors vecu la pire nuit d'invasion barbare du gang des moustiques, en pleine transe musicale, assoifes comme jamais...piques de voracite!

Alors, je n'en ai que tres peu dormi, tentant jusqu'a l'asphyxie, de me barricader, emitoufflee dans mon seul abris: le sac de couchage!

Mais meme en ne laissant qu'un trou de la taille d'une aiguille pour mes narrines, ils arrivaient a rentrer les c...!

Ca va que j'ai bon caractere, et que j'en apprends de l'amour inconditionnel! Ha ha!

Meme qu'ils m'ont fait rire pour cette perseverence, mais pas assez pour rentrer en totale sympathie!

 

La pluie aussi s'est jointe a nous.

Deux perturbateurs a gerer en meme temps, les yeux gorges de fatigue,

...d'une nuit que j'ai pu voir passer!!!!

 

C'est au petit matin que j'ai sombre, jusqu'au matin...plus avance!

A mon reveil, ils etaient toujours la, a l'entree de ma fissure respiratoire, moins nombreux tout de meme, parce que pas tous temeraires, ou obssedes!

 

J'ai vite plie baggage, mange deux fruits, et m'en suis allee continuer...sur la route. 

 

 

Apres une belle brochette de gens partant reparer leur chalet dans les bois, un couple de terrain bien campagnard du coin, c'est un homme qui me deposera pres de deux belles cascades!

Marcher un peu...

Du temps de contemplation a s'offrir!

 

Et une femme promenant son chien, s'invitant a la ballade!

La guidant meme!

Les energumenes!!

Ils sont deux.

Ils sont amerindiens. 

Ils me prennent dans leur voiture.

Et pour une fois, j'ai peur!

Tout un tas d'indices qui laissent a "imaginer" qu'il est grand temps de prier!

 

La confiance, ca se gagne!

En tout cas, c'est sans arret remis sur le tapis de la Vie! 

 

Mais il se trouve qu'au-dela de tout cet imaginaire, la realite a ete plus que soulagee par la generosite et le temps pris par ces hommes, non pas pour m'assassiner, mais pour me faire visiter des petits coins, caches!

Deux etres etranges, qui se veulent devenir guides!

Et pour preuve, m'ont prise en otage de leurs talents!

Histoire de clown:

 

C'est deux boules rouges...qui en rencontre une autre.

Et deja la, leur distance fait trembler les mysteres aquatiques!

D'autres boules rouges rodent aux allentours (a egale distance, mais on ne les voit pas...).

Le jakousi fremit,

et pourtant,

a la surface,

celle de leur face,

regne un calme plat.

 

C'est un peu comme un face a face entre deux cow boy: les yeux revolvers...et le vent qui siffle la poussiere d'un village presque fantome!

 

A suivre...

 

 

 

Le pecheur de truite!

Daniel, ahhhhh Daniel!

 

Nos routes se croisent.

Il est ok pour me laisser a Chicoutimi ("La ou commence les eaux profondes" du Fjord du Saguenay). Mais parce que c'est une ville trop grande a mes yeux et que Daniel me donne envie, sans faire expres, de le suivre jusque la ou il vit, alors je reste dans sa voiture...jusqu'a son chalet tout de rondins de bois!

Il allume le poele a bois, me fait voir toutes les photos du chantier de cette maison, entierement deconstruite, puis reconstruite; m'offre une douche, et accepte de porter le nez plus d'une minute!

 

Pres du crepitement, je m'endors.

 

Trop presse le lendemain pour que nous prenions le temps des accolades, photos, croquis, echange de coordonnees, ...J'en suis bien desolee! 

 

Il me laisse non loin de la ou il travail, pres du:

Fjord du Saguenay: sur la route des baleines!

Il file, et moi j'enfile les bretelles de mon sac allege!

De bon matin, je marche dans la foret a ciel ouvert!

Quelques lapins joueurs.

Puis me voila a l'entree "officielle" du parc du Fjord du Saguenay.

J'aurai pu me faire confiance et demarrer la marche sans rien demander,

mais je me suis arretee questionner trois garde forestiers.

Ce qui m'amene a poser mes sacs a l'arriere de la voiture de Jacques, l'un d'entre eux, le meneur!

Il m'amenera a un autre point d'entree du sentier, qui reduira le nombre de kilometre a parcourir!

Je fais confiance. C'est surement mieux ainsi.

 

Alors c'est parti pour deux jours de marche, en solitaire, en pleine nature!

Et avec la realite des poids de mes sacs, 

comme une vrai rando quoi!

 

Bonheur plein de marcher sans croiser personne, juste les traces de celui qui a ouvert le sentier il y a peu...la saison commencant a peine a faire marcher.

 

Peur de rencontrer un ours.

Moi qui, loin de ces contrees sauvages, ne reclamai qu'a pouvoir jouir d'un face a face avec ce fameux poilu!

Eh bien j'y suis, et je guete les bruits autour!

Je siffle fort quand je doute, et piste les traces de l'orignal qui me precede!

 

GRAND MOMENT,

TANT ATTENDU,

 

La baleine,

je l'ai vu.

Au moment ou je ne l'attendais plus.

Elle m'est apparu.

D'abord son souffle, comme un appel, puis son aileron revele a la surface de mes yeux!

C'est un rorqual.

Surement immense a voir de pres, mais de la ou je me trouve, au pied des colines du Fjord, je ne peux qu'en appeler a son rapprochement...

et pleurer de gratitude, pour cette apparition.

De sa solitude a la mienne,

comme un moment ideal pour se rencontrer enfin.

Juste un clin d'oeil,

en attendant une danse a l'unisson!

 

 

 

 

 

Puis j'ai repris le rythme lent et douloureux de cette marche

...jusqu'au gite ou je decide de me poser pour la nuit,

me reposer, a la lumiere d'une bougie!

 

Deguster les victuailles laissees par Jacques, sur le chemin, avec un petit mot a mon attention! Que c'est bon, de cueillir ainsi un pochon de nourriture comme tombee du ciel!!!

Je vous offre cette courte gallerie d'images d'un ecureuil qui a bien voulu jouer le jeu de la celebrite!

Il fut un ami.

Il aura suffit du partage d'un repas, d'une impro vocale et d'un parcours seme de bons mets, pour alpaguer l'opportuniste, et l'approcher plus pres, de plus en plus pres, jusqu'a quelques caresses volees, en reponse a ses petites pattes balladeuses sur la pointe de mes pieds...puis sur mon front!

Le lendemain,

 

Il reste des gouttes de cette pluie qui vient de tomber du couvercle!

La brume, engouffrant les montagnes de l'autre cote du Fjord, s'en est allee.

Maintenant, le corps entier va s'y remettre.

Les pas plus leges que la veille!

...jusqu'au point final de cette randonnee: le petit village marin de Tadoussac!

 

Je rencontre en arrivant Corine, une italienne en vacance! Elle va pour marcher, juste un peu. Alors, deja bien entrainee, je la suis. Jusqu'a me retrouver, apres quelques autres aventures fabuleuses (que je ne conterai pas pour ne point trop tirer sur la corde de votre temps pour cette lecture), a l'auberge plus qu'animee de Taboussac!!

De la jeunesse et de l'ivresse en foule!

 

J'observe et me defoule,

une nuit,

 

puis une deuxieme,

juste parce que c'etait super de prendre une journee de plus a crapahuter dans les environs avec Corine, meme sous la pluie; et meme qu'on a vu un ours, blesse, mais avec assez de force pour fuir mes avances!

 

Merci a la Nature de me rappeller d'ou je viens!

Car il est vrai que je m'y sens, parfois, comme aux abords d'un sein!

 

 

 

Cette fois-ci, je quitte pour de bon, ce havre encercles de baleines touristiques!

Et m'en vais rejoindre mon rendez-vous

d'avec Gaston.

Rappelez-vous.

Le quebequois rencontre en Arizona, il y a deux mois!

 

Eh bien j'ai signe pour une nouvelle aventure a ses cotes!!

C'est parti!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

(Et nous sommes le 9 Juin).

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Stéphanie (mercredi, 15 juin 2011 10:35)

    Rôôôô lala, que c'est beau..., surprenant ces animaux. Ca se bouscule en moi, rien que de lire ça. Pouvoir de la lecture ! Merci pour l'écriture !
    Encore pas mal de perles dans tes photos, vraiment, bravo !
    Et ce petit écureuil qui te sourit. Quelle belle rencontre. (et si ce n'était que celle-là !)
    Prends soin de toi la belle, je te sers dans mes bras en imagination, puisses-tu recevoir par delà l'océan ma tendresse et mon amitié.

  • #2

    nat (mercredi, 15 juin 2011 15:24)

    salut Bella
    Dis donc,Ce voyage ,c'est TOP pour la ligne !une pomme le matin ,15 km de marche avec un ours embusqué ,prêt à t'alléger encore d'un cuisseau !, le soir venu un peu de grignotage avec les écureuils...ton cerveau lui, ne pourra pas garder la ligne !.. incroyable comme ta vie est dense . Quel beau voyage... dans le visible et l'invisible,dans le dehors et le dedans ! ça donne vraiment envie de reprendre la route , je t'embrasse fort

  • #3

    Laure Kal (mercredi, 15 juin 2011 15:52)

    Le mot est passé chez les blogeurs québécois, rdv by mail Maelle, si la route t'y guide sinon ma foi profite de cette terre là pour y parler ta langue et ta foi... je t'embrasse bien fort (fais donc un p'tit tour sur mon blog !) On pense bien à toi, L&L.

  • #4

    Alain Simard (mercredi, 15 juin 2011 19:43)

    Alors, il est question que l'âme soeur de Laure K foule et refoule nos terres avec ses palmes de clown itinérante que la meilleure des bienvenues nous lui souhaitons. Lorsque tu seras près de Montréal tu peux nous appeler, voici le # (450)672-6735

  • #5

    laurent pasto (samedi, 18 juin 2011 10:58)

    (samedi 18 juin)
    bienvenue sur l'île de la tortue dont les maringoins sont les gardiens apparemment ils t'ont bien ouvert les pores-te et tu es entrée dans le vif du sujet qui suis-je?une goutte de sang sur le bout du nez.admiration.tu es entrée dans l'escorte de l'ours la baleine et l'écureuil quel beau pélerinage!je lève mon verre en ton honneur à maelle la valeureuse!que ce nectar nous lie le temps d'un instant.omitakuye oyasin je ne suis pas sur de lor tographe